Bienvenue sur le site des Experts du patrimoine

Site de référence d’information juridique pour tout ce qui concerne les problématiques patrimoniales Notaires, professionnels de l’immobilier, de la gestion de patrimoine, de la banque, des finances et de l’assurance vous disent tout !

Nouveau !

Devenez auteur !

Retrouvez aussi l’actualité des legs et donations / rubrique associations

+ management des offices
Intégrer l'épargne salariale dans son management

Intégrer l’épargne salariale dans son management

Les salariés peuvent se constituer un capital dans le cadre de l’entreprise dans laquelle ils travaillent, soumis à une fiscalité attrayante. L’épargne salariale est ainsi devenue une composante du management des structures et les employeurs retirent eux aussi plusieurs avantages de la mise en place d’un système d’épargne collectif. C’est pourquoi il est opportun de s’arrêter sur les conditions d’accès à ce dispositif et sur son fonctionnement.

L’épargne salariale repose sur le principe du versement, à chaque salarié, d’une prime soit :

  • indexée sur la performance de l’entreprise, et l’on parle alors d’intéressement ;
  • correspondant à une quote-part des bénéfices de l’entreprise, ce qu’on appelle la participation.

Elle doit sa démocratisation à la loi de financement de la Sécurité sociale (LFSS) de 2019 [1], qui prévoit l’exonération de forfait social sur les sommes versées dans le cadre de l’intéressement pour les TPE de moins de 250 salariés.

La mise en place d’un tel dispositif reste cependant minoritaire dans les TPE et les PME, alors même que l’épargne salariale représente un levier d’attractivité pour les entreprises. Elle nécessite de recourir à un plan d’épargne entreprise (PEE), sur lequel les sommes concernées sont en pratique immobilisées [2]. Non seulement ce plan favorise la motivation interne des collaborateurs de l’entreprise, mais il est aussi un instrument d’épargne retraite qui mérite d’être étudié.

Le sujet fait l’objet d’une actualité juridique récente à l’aune, notamment, des dispositions de la loi du 16 août 2022 [3], qui a instauré des mesures de protection du pouvoir d’achat relatives à la négociation collective et à l’épargne salariale. Ont, par exemple, été précisées par décret les modalités de mise en œuvre de la procédure dématérialisée permettant, depuis le 1er janvier 2023, de rédiger un accord type d’intéressement [4].

Un récent rapport d’OpinionWay pour la Semaine de l’Épargne salariale publié en mars 2023 s’intéresse de plus près aux perceptions des salariés français au sujet des dispositifs d’épargne salariale. Il est accessible sur le site de l’Autorité des marchés financiers (AMF).

Pour en savoir plus sur le fonctionnement de l’épargne salariale et de l’intéressement, retrouvez l’intégralité de l’article paru dans le Journal du Village de la Justice n°99, « Épargne salariale et intéressement : des atouts rares au sein des structures libérales ».


Notes :

[1L. n° 2018-1203, 22 déc. 2018, JO 23 déc., de financement de la sécurité sociale pour 2019.

  • Intégrer l’épargne salariale dans son management

Commenter cet article

Vous pouvez lancer ou suivre une discussion liée à cet article en cliquant et rédigeant votre commentaire. Votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé. Nous ne publions pas de commentaires diffamants, publicitaires ou agressant un autre intervenant.

A lire aussi dans la même rubrique :

Les SCPI sont toujours dans une période de fortes turbulences

Ces quinze dernières années, les SCPI ont rencontré un franc succès auprès des investisseurs. Le faible niveau des taux d’intérêt jusqu’en 2021 et la faculté de souscription à crédit, ont offert aux épargnants une réelle alternative aux placements de court (...)

Lire la suite ...

L’impact des frais sur le rendement des placements financiers

La typologie des frais appliqués aux placements financiers L’Autorité des marchés financiers (AMF), au titre de sa mission de protection des épargnants, travaille depuis de nombreuses années à améliorer l’information sur les frais des placements. (...)

Lire la suite ...

Carte bleue et espèces ou paiement numérique : que préfèrent les Français ?

Connaissance et adoption des services de paiement mobile Selon le sondage mené par OpinionWay pour Lyf [2], les Français ont massivement adopté les services de paiement mobile, marquant ainsi une évolution significative dans leurs habitudes de (...)

Lire la suite ...

Les Français et leur banque : une relation solide et évolutive

État des lieux de la banque en France Avec un taux de bancarisation de 99 %, les Français disposent d’une diversité de choix pour leurs services bancaires. Ils sont 64 % à être clients d’une seule banque, 29 % de deux banques, 6 % de 3 banques et 1 % (...)

Lire la suite ...