Bienvenue sur le site des Experts du patrimoine

Site de référence d’information juridique pour tout ce qui concerne les problématiques patrimoniales Notaires, professionnels de l’immobilier, de la gestion de patrimoine, de la banque, des finances et de l’assurance vous disent tout !

Retrouvez aussi l’actualité des legs et donations / rubrique associations

+ management des offices
Succession : quand désigner un notaire ?

Succession : quand désigner un notaire ?

On pense souvent, à tort, que le recours aux services d’un notaire est un passage obligatoire de l’ouverture d’une succession. Or, dans les faits, sa désignation n’est pas toujours impérative. Elle dépend en effet de la composition de la masse successorale et la loi n’impose l’intervention du notaire qu’au-delà d’un certain seuil de patrimoine et en présence d’un certain type de biens.

Pour certaines successions, recourir à un notaire n’est que facultatif. Plus précisément, il n’est pas nécessaire de désigner un tel professionnel si les trois conditions suivantes sont réunies :

  • la valeur de la succession n’excède pas 5 000 euros ;
  • aucun bien immobilier ne la compose ;
  • il n’existe ni testament ni donation entre époux.

Pour ces successions d’ampleur limitée, il est possible pour les héritiers d’établir eux-mêmes leur attestation d’hérédité, qui doit alors comporter certaines mentions obligatoires. Ils devront en outre obtenir un certificat d’absence d’inscription de dispositions de dernières volontés, notamment s’ils souhaitent retirer des sommes laissées par le défunt sur un compte en banque ou clôturer ce dernier.

Les successions qui ne remplissent pas les conditions cumulatives susmentionnées doivent, elles, obligatoirement être réglées avec un notaire, que les héritiers choisissent librement. Le notaire est alors tenu de dresser plusieurs actes :

  • l’acte de notoriété ;
  • l’attestation immobilière, le cas échéant ;
  • la déclaration de succession ;
  • et, enfin, l’acte de partage.

Il peut aussi être amené à dresser un procès-verbal de difficultés lorsqu’il est impossible, en raison d’un conflit entre les héritiers, d’établir l’acte de partage.

Sur le sujet, consultez l’article de Me Louis Laï-Kane-Chéong, avocat, publié par notre cousin, Le Village de la Justice.

  • Succession : quand désigner un notaire ?

Commenter cet article

Vous pouvez lancer ou suivre une discussion liée à cet article en cliquant et rédigeant votre commentaire. Votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé. Nous ne publions pas de commentaires diffamants, publicitaires ou agressant un autre intervenant.

A lire aussi dans la même rubrique :

Les notaires européens clôturent le projet « MAPE Successions »

Genèse et objectifs du projet « MAPE Successions » Peter Stelmaszczyk, Président du CNUE, a rappelé l’importance du règlement 650/2012, qui vise à faciliter la planification et le règlement des successions internationales en en harmonisant le régime. Il (...)

Lire la suite ...

Les Français et le notariat (enquête Ifop pour le Congrès des Notaires)

À l’occasion de leur 118e Congrès, les Notaires de France dévoilent les résultats de cette étude inédite [1], venant appuyer les travaux des trois Commissions du Congrès (Immobilier, Entreprise, Familles). Ce sondage met en avant le fait que 67 % des (...)

Lire la suite ...

Les dernières réponses ministérielles sur le notariat

Non, le notaire ne peut instrumenter à l’étranger… Certains actes notariés peuvent être considérés comme nuls s’ils ne revêtent pas la forme authentiques. Or de tels actes solennels ne sont reconnus comme tels que lorsqu’ils sont reçus sur le territoire (...)

Lire la suite ...

Le notaire n’est pas une juridiction pour la CJUE

Pour rappel, la question préjudicielle permet à une juridiction d’un État membre de s’adresser à la CJUE lorsqu’elle ne parvient pas à trancher un litige en cours, afin que le juge communautaire se prononce sur la validité ou sur l’interprétation du (...)

Lire la suite ...